Moi papa

La plagiocéphalie vue quelques mois après…

Je désire aborder le sujet de la plagiocéphalie pour vous en faire un retour et partager mon expérience après que mon fils l’ait contractée à la suite d’un torticolis à la naissance. Bon un premier sujet pas très gai sur ma vie de papa, mais il y en aura beaucoup d’autres et des plus réjouissants. C’est juste un petit retour pour les parents qui sont confrontés à ce problème.

La plagiocéphalie c’est quoi au fait ?

La plagiocéphalie est une déformation bénigne du crâne du nouveau-né plus communément appelée maladie de la tête plate. Une déformation de plus en plus présente chez les nouveaux nés depuis ces dernières années.

Lorsque le diagnostic tombe et que l’œil se pose sur la déformation impressionnante,  la vision est fatalement troublée face à cette tête pas tout à fait ronde et la panique arrive rapidement.

Les premières questions arrivent et le doute s’installe lui aussi. Il ne va pas être normal et neurologiquement que va – t – il se passer ? En fait c’est impressionnant mais ne pas céder à la panique et prendre cette épreuve à bras le corps est la meilleure des choses car bien souvent c’est plus esthétique qu’autre chose. C’est une évidence aussi que ne pas traiter le problème pourrait à terme entrainer des soucis dans le futur et donc au plus vite la plagiocéphalie est prise en charge au mieux c’est. Nous avons pris le choix d’aller vite, très vite.

On va vous parler d’orthèse ou plus communément appelé « casque » ou d’autres choses dès le début mais avant tout c’est rapidement qui faut agir sitôt le diagnostic posé et nous parents nous avons eu un rôle à jouer.

Le corps médical présent. Le trio gagnant Pédiatre, ostéopathe, kiné.

La première des choses fut d’aller voir un ostéopathe afin de le remettre en place, ce fut le premier pas important dans notre épreuve. Puis nous avons pris la décision d’aller voir une, deux et parfois trois fois par semaine une kiné afin de lui apprendre à tourner la tête et oublier sa position préférentielle. Le plus compliqué est de faire comprendre à l’enfant sans la parole qu’il peut tourner la tête, qu’il doit le faire et le kiné est là pour cela même si parfois aux grès des séances ou des humeurs  on a le sentiment que ça avance par et pourtant… C’est un travail permanent et il ne faut pas se relâcher. C’est dur, c’est long et contraignant. Mais au final les résultats sont présents.

La bataille « de nous » les parents.

Car au quotidien le combat des parents est lui aussi permanent et il le faut. Ce n’est pas évident, cela impose peu de repos mais nous nous sommes battus pour le contrarier dans sa position préférentielle. Surtout la nuit, nous avons acheté un coussin pour le caler. Nous avons du lui adapter le lit pour les siestes aussi. Chaque jour, le but était de le garder au maximum la tête droite. Que ce soit dans la nacelle ou le cosy nous devions le mettre le moins possible car bien souvent les dossiers sont très durs et favorisent eux aussi la déformation. Que ce soit au bras, sur un tapis ou dans le lit le but du jeu était non seulement de lui permettre de tourner sa tête, de l’éduquer mais d’éviter cette fameuse position préférentielle.

Puis est venu le sujet du casque tant redouté par les parents. Alors oui ça peut impressionner, on se dit que de voir notre bébé avec un caque est la dernière des choses qu’on désire voir. Mais l’acceptation de cette éventualité fut pour nous un déclencheur. On s’est dit c’est pour lui si nos efforts ne marchent pas on passera par là. Cette acceptation nous a désinhibés dans notre rôle. On tente tout, on met toutes les chances de notre côté pour essayer de réparer cette déformation avant d’y songer.

Pour le casque c’est un peu le parcours du combattant, heureusement l’institut Pomponiana avait une filière afin de nous trouver un casque au cas ou la possibilité d’en mettre un aurait été d’actualité.

Alors aujourd’hui ça va beaucoup mieux après huit mois, le chemin est loin d’être terminé, mais entre le diagnostic et aujourd’hui de longs mois ce sont écoulés. la déformation est bien moins prononcée mais nous sommes partis pour de longs moins encore afin que sa position préférentielle soit oubliée et que sa déformation ne soit plus qu’un lointain souvenir. Sa déformation est encore présente mais bien moins prononcée et nous ne relâchons pas nos efforts.

Tout cela pour dire que malgré le diagnostic, le rôle du corps médical autant que celui des parents est essentiel dans la prise en charge. Il ne faut pas céder à la fatalité et à la panique et prendre le problème à bras le corps. Alors oui les premiers mois seront compliqués avec une gestion du quotidien différente et une adaptation afin de mettre l’enfant dans une position qui favorisera la réparation de sa déformation…


En lien un site très bien fait et qui explique parfaitement ce qu’est la Plagiocéphalie et comment la traiter : http://association-plagiocephalie-info-et-soutien.fr/deformations-positionnelles/temoignages-de-familles/

Un article qui en parle : http://little-gabchou.com/au-secours-mon-bebe-la-tete-plate


 

Laisser un commentaire