Photo & Techno

Tutoriel – Photographier le basket-ball

Le basket-ball c’est le sport roi de la vitesse et des changements d’appuis brusques et imprévisibles. Les situations sont multiples et photographier un joueur qui arrive en pleine vitesse pour sauter afin de marquer un panier dans une salle avec un éclairage artificiel n’est pas chose aisée. Voici un petit tutoriel pour apprendre à photographier le basket-ball.

Pour les photos sportives, la référence reste le zoom 70 – 200 avec une ouverture constante à 2.8
La référence reste le zoom 70 – 200 avec une ouverture constante à 2.8

Bien choisir son optique !

La première des choses est de bien choisir son matériel. Une optique lumineuse est plus que conseillée, voilà pourquoi beaucoup de photographes utilisent des optiques qui ouvrent à 2.8. Pour ma part j’utilise parfois des focales fixes comme le 50 mm en 1.8 G, mais la référence reste le zoom 70 – 200 avec une ouverture constante à 2.8 pour sa luminosité et sa polyvalence qui vous permettrons de réaliser des prises de vue de différentes distances et de différents angles.

Vitesse et sensibilité !

Équation compliquée quand la lumière n’est pas naturelle et parfois loin d’être suffisante. Première des choses toujours travailler en en mode priorité vitesse qui se nomme le mode « S » comme « speed ».
Le mode priorité vitesse est le mode préconisé pour les photos sportives.

Qui dit sport dit aussi vitesse et lumière ! Équation compliquée quand la lumière n’est pas naturelle et parfois loin d’être suffisante. Première des choses je travaille toujours en mode priorité vitesse qui se nomme le mode « S » comme « speed ». La seconde c’est de choisir une vitesse d’obturation conséquente pour éviter le flou lors des changements d’appuis surtout à main levée. Je suis toujours au minimum à 1/500 de secondes. Mais voilà l’équation lumière faible plus vitesse d’obturation élevée vont imparablement donner des photos sombres et ternes.  C’est là que la montée en sensibilité se fait, ne jamais hésiter à augmenter la sensibilité (sensibilité du capteur à la lumière) au-delà de 800 et même plus 1250 pour commencer à avoir des photos nettes et lumineuses. Oui mais cela va générer du bruit. Il vaut mieux une photo avec un peu de bruit qu’une photo floue ou terne. Puis les appareils (reflex) de dernière génération acceptent des montées en ISO importantes qui ne détruisent pas les photos. Puis on le sait tous, les logiciels tels que DXO vont réduire cet effet de bruit pour donner des résultats satisfaisants.

Coucou c’est moi je suis là ! Et voilà encore une photo ratée !

Le plus dur dans les photos de basket-ball c’est d’avoir des photos sans un pied ou une main qui vont polluer la prise de vue.
Bien cadrer afin de ne pas avoir une photo polluée par une main qui trainerait par exemple.

Le plus dur dans les photos de basket-ball c’est d’avoir des photos sans un pied ou une main qui vont polluer la prise de vue. C’est un sport très concentré où les joueurs se suivent et vont proches les uns des autres. Ne pas hésiter à suivre son joueur même de loin (le 70-200 permet cela), le cadrer et déclencher dès que l’opportunité se présente car bien souvent on attend et au final une main vient gâcher la prise de vue. Après quand c’est la bagarre sous le panier et dans la raquette cela fait partie de la photo et on y prêtera moins cas. Mais c’est dommage d’avoir un joueur cadré avec un pied ou une main qui traine.

Varier les prises de vues et les styles !

Il ne faut pas hésiter à bouger, changer d’angle dans les limites du respectable et des contraintes sportives afin de donner une autre vision du jeu.
Changer et varier les angles de prise de vue.

Je remarque souvent que les photographes se mettent derrière la ligne de fond ou sous les paniers. Bien souvent cela donne des photos toutes dans le même style et répétitives. Il ne faut pas hésiter à bouger, changer d’angle dans les limites du respectable et des contraintes sportives afin de donner une autre vision du jeu. Puis enfin sortir du cadre sportif pour proposer un panel varier. Prendre la salle, les ambiances, les temps morts, l’encadrement ; tout ce qui vit aussi autour du match.


Que retenir ?

  • Choisir une optique polyvalente et lumineuse
  • Se mettre en mode priorité vitesse
  • Adapter une montée en ISO
  • Suivre son sujet et éviter le plus possible les croisements de joueurs.
  • Varier les prises de vues

Dans la même rubrique : Tuto – Photographier le rallye


A lire aussi : http://mickaelbonnami.com/photographier-le-basket-technique


 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :